La filière châtaigne face au cynips

Arrivé en 2002 par l’Italie où il est responsable d’une perte de production atteignant 80 % en 2008, le parasite du châtaignier qu’est le cynips est désormais présent dans les vergers et dans les massifs forestiers de Dordogne. Une rencontre a eu lieu mardi dernier, à Villefranche-du-Périgord en présence du sous-préfet de Sarlat Jean-Baptiste Constant et des représentants de la Communauté de communes Domme-Villefranche (CCDV), des Conseil départemental et régional, de la Chambre d’agriculture et des producteurs de châtaignes, pour faire le point sur l’état actuel de cette filière. 2016 est la première année où l’impact direct du cynips a été visible avec une perte de production de 30 à 35 %. Les variétés marigoule et marsol sont particulièrement sensibles. Malgré la mise en place d’un plan de lutte biologique depuis 2013 avec des lâchers de torymus, qui se nourrissent des larves de cynips (seule méthode suffisamment efficace contre le développement du ravageur et sans impact sur la biodiversité), la période s’avère difficile. En effet, il faut attendre cinq à six ans pour atteindre l’équilibre entre le cynips et son prédateur. Les pertes risquent d’être plus fortes en 2017, année charnière.

>> Lire l’article complet (Sud Ouest)