ZAE

Pour plus d’informations concernant les ZAE (tarifs des terrains, extensions, etc.) merci de contacter Pascal GROUSSET au 05 53 29 09 14 ou à l’adresse p.grousset@comcomdv.fr

 


Zone d’activité Economique du Bézet
Villefranche du Périgord


Dès 1984, la communes de Villefranche du Périgord s’interroge sur les moyens de maintenir l’activité économique en zone rurale. Elle opte alors pour la création d’une ZAE, en procédant à l’acquisition foncière. Dans la foulée, 5 entreprises achètent les terrains afin d’implanter leur activité : un cabinet vétérinaire, une entreprise de transport et travaux publics, un garagiste, un dépôt de véhicules et une scierie. Une quinzaine de salariés travaillent sur ce site de 4,5 ha. Récemment une station-service en libre accès, 24h/24, a été implantée par un privé.

 


Zone d’activité Economique Les Pierres Blanches
Mazeyrolles


Cinq années ont été nécessaires pour aménager cette zone qui a vu le jour en 1995 : achat de terrains, déboisement, terrassement, voirie, éclairage, reboisement, etc. Ce sont au final 7 lots répartis sur 4ha qui sont proposés à la vente. Sur la base d’un accord passé avec la commune, la Poste loue un bâtiment pour assurer le tri et la distribution du courrier. Cinq entreprises sont aujourd’hui installées, touchant diverses activités : transport, travaux publics, vente et montage de pneus et fabrication de copeaux de bois. A ce jour, c’est une cinquantaine d’emplois qui restent fixés sur le site.

 


Zone d’activité Economique de Pech Mercier
Cénac


Lancée en 1992 par le syndicat intercommunal d’expansion économique, la zone de Pech Mercier est reprise par la Communauté de Communes du Canton de Domme, dès sa création , en 1998. En 2004, la collectivité réalise des travaux d’aménagement pour procéder à l’extension de la zone : en plus des 4 entreprises déjà implantées, de la déchetterie cantonale et du pont à bascule à usage public, 8 lots supplémentaires sont créés. Plusieurs formules de vente sont possibles : – vente de terrain – construction d’un bâtiment par la Communauté de Communes et rétrocession immédiate – vente sous forme de crédit-bail. Afin de devancer les demandes éventuelles d’artisans, la collectivité décide de créer en 2005 un village d’artisans sur deux lots. Sont construits deux bâtiments eux-mêmes scindés en deux, soit quatre locaux artisanaux de 200 m2 avec, chacun, un espace administratif et un bloc sanitaire. Ces locaux sont ensuite loués ou vendus à des entreprises souhaitant s’installer sur le site. Aujourd’hui, la ZAE, comprend 15 entreprises réparties sur 15 ha. Elle accueille une soixantaine de salariés.